#13 – L’argent dans la peinture (2)

“Tromper l’œil : monnaie de papier, peintures de monnaie”

Deux après sa brillante conférence sur l’argent dans la peinture, Nadeije Laneyrie-Dagen, professeur d’Histoire de l’art à l’Ecole normale supérieure (rue d’Ulm), viendra nous présenter les prolongements de sa réflexion : l’artiste, un faussaire ?

L’objet de cette conférence est le trompe l’œil, confondu avec la fausse monnaie – en l’occurrence simplement la monnaie peinte.

Il s’agira de suivre l’histoire singulière de ces billets de banque simulés sur papier ou sur toile, dont la représentation a valu quelquefois la prison à ses auteurs, ou des procès pour contrefaçon.

Pourquoi peindre des billets ? La volonté d’amuser est présente, mais les images produites sont aussi parfaitement « sérieuses » : leur production suit les débats de l’opinion sur cette monnaie fiduciaire à laquelle on ne fait pas confiance, ou qui change du moins largement le rapport à l’argent.

L’histoire de ces billets peints sera retracée à travers le XIXe siècle au sens large, des assignats de la Révolution française aux compositions à dollars des peintres américains de la fin du XIXe siècle. 

Nadeije Laneyrie-Dagen

Réservez dès maintenant la date : jeudi 28 mars, 20h.

Toujours au 30 avenue du Roule, à Neuilly (Institution Notre-Dame de Ste-Croix).

Conf#12 – Vous avez dit : “monnaies locales” ?

On a vu récemment se développer de par le monde une multitude de monnaies complémentaires, ou monnaies locales. D’où vient ce phénomène inédit ?

La monnaie marque notre quotidien : reçu sous forme de salaire, de crédit ou de subvention, accumulé sur des comptes électroniques puis dépensé, l’argent nous est indispensable. Il est généralement admis qu’il ne fait pas le bonheur, mais y contribue fortement. Or, bien qu’une telle place soit accordée à la monnaie dans notre imaginaire collectif, cet outil n’est cependant que très rarement remis en question par nos hommes politiques et économistes, qui considèrent que la monnaie n’influence en rien ni notre économie ni notre société. La réalité semble, pourtant, bien différente dès lors que l’on s’intéresse à la manière dont la manière est créée et par qui, ou encore à la manière dont elle influence les comportements humains, souvent à la recherche de l’accumulation monétaire et ce, au détriment du
développement durable et équitable de notre société.

Les monnaies complémentaires qui surgissent aux quatre coins du globe visent donc à pallier les déficiences structurelles de notre système monétaire monopolistique. Du WIR, qui contribue à la stabilité économique de la Suisse depuis les années 30s, aux monnaies locales, qui participent à la relocalisation de notre consomm’action, en passant par le Sarafu-Crédit, distribué dans des bidonvilles kenyans pour lutter contre l’extrême pauvreté, notre système monétaire est à l’aube d’une restructuration démocratique prometteuse, et ce d’autant plus avec notre entrée dans l’ère du Bitcoin et de la technologie de la blockchain.

Finalement, que nous enseignent ces expériences monétaires et qu’en est-il de leur potentiel pour faciliter la transition écologique et sociale de notre société ? – voilà une question urgente à nous poser à l’heure où les crises politiques, économiques, sociales, climatiques et environnementales se multiplient.

Marion Cauvet, actuellement étudiante en Master de Développement agricole, est co-auteur de Monnaies locales : vers un développement responsable, aux éditions Rue d’Ulm (2018).

La conférence se tiendra le jeudi 31 janvier, de 20h à 22h, au 30 avenue du Roule, à Neuilly (Institution Notre-Dame de Ste-Croix). Inscription nécessaire sur Eventbrite.

Conf# 11 – La souveraineté et les frontières de l’État face au trafic aérien

Après la mer et le conteneur, voici le ciel et le trafic aérien pour cette première conférence de l’année. Elle sera donnée par Béatrice Trigeaud, docteure en droit et avocate au Barreau des Hauts-de-Seine.

Alors que la souveraineté de l’État suppose une protection de son territoire et une délimitation de ses frontières, l’activité de navigation aérienne consiste au contraire à dépasser les frontières étatiques. La navigation aérienne internationale est une activité continue où un aéronef traverse plusieurs espaces aériens relevant de souverainetés étatiques distinctes. Éventuellement, l’aéronef traversera un espace international : l’espace aérien situé au-dessus de la haute mer, par exemple. Pour cette raison, l’activité de navigation aérienne internationale (notamment civile et commerciale) est régie par des règles spécifiques qui trouvent leur fondement dans des accords conclus entre les États et dans l’activité d’une organisation internationale membre du système des Nations Unies : l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Qui plus est, le trafic aérien est organisé en flux, de façon fonctionnelle, et non pas en suivant les lignes des frontières étatiques. Dans ce contexte, se pose inévitablement la question de la pertinence du concept de souveraineté de l’État et du caractère effectif de ses frontières “aériennes” face au phénomène aérien.

http://S’inscrire à la conférence

#10 – La Hanse : une start-up nation sur les bords de la Baltique ?

La Hanse au Moyen Âge, déjà, ressemblait déjà à une nation d’entrepreneurs… Puissant réseau de villes marchandes, la “Ligue hanséatique” contrôlait, de la fin du XIIIe siècle jusqu’au début du XVIIème siècle, l’essentiel du commerce baltique et une part non négligeable des échanges en mer du Nord. La Hanse repose sur un système économique particulier qui en a fait sa force. En dehors de son poids économique, l’élite marchande de la Hanse détenait également le pouvoir politique de ces villes, et a eu une influence considérable sur les enjeux politiques de cette époque en Europe.

Pour parler de ce sujet, nous aurons le plaisir d’accueillir Tobias Boestad. Franco-suédois, Tobias Boestad est agrégé d’histoire et ancien élève de l’ENS Lyon. Il est actuellement doctorant en histoire médiévale à l’Université Paris Sorbonne et l’Université de Stockholm, collabore au blog Actuel Moyen Âge et est membre actif de Questes, groupe de recherche des jeunes médiévistes de l’Université Paris Sorbonne.

Nous espérons vous voir nombreux à cette dernière conférence avant l’été !

 

La conférence aura lieu dans la salle polyvalente du lycée ND de Ste-Croix, 35 av. du Roule, à Neuilly.

# 7 – Français et Chinois au XVIIe: le regard d’une romancière

Après le commerce d’objets précieux, place au commerce des esprits, avec une conférence sur Français et Chinois au XVIIe siècle.

Laurence Plazenet, Professeur à l’Université de Paris-Sorbonne et écrivaine, viendra nous entretenir de ce sujet à partir de son roman, La blessure et la soif .

Rendez-vous donc le jeudi 23 novembre 2017, à 20h au lycée Ste-Croix de Neuilly.

# 6 – Le commerce entre Européens et Chinois: une histoire de porcelaine…

Un an après son lancement, le Cercle Marco Polo reprend ses activités avec sa sixième conférence-débat : «Le commerce entre l’Europe et la Chine à travers l’histoire de la porcelaine», présentée par Dimitri Joannidès, expert en art contemporain et journaliste.

Nous explorerons une nouvelle facette du commerce et de l’échange, à travers le commerce de la porcelaine entre l’Occident et la Chine.
Du XIVe au XVIIIe siècle, seront décrites les différentes phases de cette riche histoire commerçante qui s’est développée suite aux premiers contacts diplomatiques établis grâce à Marco Polo. Au fil des siècles, nous verrons comment Portugais, Chinois, Hollandais, Anglais, ont fait de cette marchandise un élément central du commerce entre Occident et Chine jusqu’à développer un véritable marché pensé pour l’Europe.
Le jeudi 21 septembre 2017, 20h-22h
Lycée Ste-Croix, 30 avenue du Roule, Neuilly, salle polyvalente.

Conf#5 – Le poids de l’argent…

Pendant des siècles l’Église s’est opposée au prêt bancaire et a regardé avec une défiance de principe l’enrichissement marchand. Quand, à la fin du Moyen Âge, les grandes commandes se déplacent du clergé et des princes vers, également, les oligarchies urbaines, les peintres élaborent une forme de théologie visuelle qui, tout en prônant le renoncement aux biens dans la tradition de saint François, propose des voies pour une richesse « juste » qui, peut-être, évite l’enfer.

Le 11 mai prochain, à 20h, Nadeije Laneyrie-Dagen, professeur d’Histoire de l’Art à l’Ens Ulm, examinera cette histoire, cette “théologie en images ambiguës”, dans la peinture des XIV-XVe siècles (principalement mais non exclusivement) en Italie et en Flandres.

Entrée libre – réservation obligatoire sur Eventbrite.

Télécharger l’invitation : Le poids de l’argent – les enjeux de l’enrichissement dans la peinture chrétienne de la fin du Moyen Âge

Continuer la lecture

Conf#4 – Venise : le miracle du crédit

La prochaine conférence présentera Venise, la cité marchande, dans sa période glorieuse quand, par la mise au point de la lettre de change – prémices de la banque au sens moderne – elle parvenait à asseoir sa supériorité sur sa grande rivale, Gênes (résumé complet ici).

Elle sera donnée par Pierre Martin,  professeur d’Histoire en Classes préparatoires HEC au Lycée Ampère de Lyon.

Entrée libre – réservation obligatoire : inscription ici ou par mail à marcopolo@gmail.com.

Télécharger l’invitation

 

Conf#2 – John Law : la dette publique, ou comment s’en débarrasser ?

L’histoire, dit-on, ne fait que se répéter…

Dans la période troublée qui suit la mort de Louis XIV, alors que l’État menace faillite, un Écossais de piètre mine se présente au Régent pour lui offrir la solution-miracle aux maux financiers du pays. Ainsi naît “le Système”, ancêtre de la Bourse et du papier-monnaie. La question de la dette, à l’ordre du jour il y a 400 ans, se présente-t-elle toujours sous le même jour ?

Nicolas Buat (Conservateur en chef aux Archives de Paris, prochainement directeur des études de l’École des Chartes), auteur d’un ouvrage à la fois solide, riche et pédagogique sur John Law, viendra présenter le personnage dans son contexte, pour nous permettre de mieux comprendre les origines de rouages qui sont aujourd’hui devenus essentiels à l’économie.

La conférence aura lieu le 29 novembre 2016, de 20h à 22h, au Lycée Ste-Croix de Neuilly.

Elle sera suivie d’un pot auquel tous les participants sont cordialement conviés.

invitation John Law